Michael Jones - Des Nuits Trop Longues (Hesitation Blues) (duet with Francis Cabrel)

Côté cœur j'ai le chagrin
D'un épouvantail
Du gosse qui revient
D'un champ d'bataille

Les nuits trop longues, j'm'amuse à compter
Le peu que la vie nous donne, le peu que l'on est

Noyé d'alcool et de désir
Je ne dois rien à personne
Je fais des sourires
Aux cabines de téléphone

Les nuits trop longues, je pourrais m'envoler
Rien ici qui me raisonne, plus rien qui m'effraie


Bientôt deux mois qu'elle est partie
Deux mois… deux mille ans…
Je vais de mélancolie
En renoncement

Les nuits trop longues, faudrait libérer
Tous les cris qu'on emprisonne au fil des années

Il est temps que j'aille me coucher
Temps que j'mette mon âme au chaud
L'aube va se pointer
Moi je tire le rideau

Les nuits trop longues, je les passe à rêver
Qu'un beau jour je lui pardonne le mal qu'elle m'a fait

Qu'un beau jour je lui pardonne le mal qu'elle m'a fait

Lyrics licensed by LyricFind