Ludwig Von 88 - Messire Quentin


Sir Quentin preux chevalier
Galopant par vaux et monts
De mille hommes faisant armée
Oí¹ vainqueur les míªnes-tu donc?

De par le brumes oyez ces longues plaintes
Meurtrie cette asme l'on déchire
Salut m'envoye quérir

Dame Blondine du peuple emprise
Questant grí¢ce í  l'horizon
Depuis jours ainsi soumise
Hélant merci de plus haut donjon

Messire Messire d'une vierge prenez pitié
De peuple l'ire l'a condamné
Donnez secours chevalier
Mon coeur conquésriray

De peste disettes de misí¨re
Vous faisons griefs í  Messire
Du peuple le roi n'a que faire
De sa fille ferons du mimi-mir


Saltimbanques pouacres fi de vous
ouh ouh
De mon épée transpercerai
O belle Dame Blondine
Vous délivrerai

í€ nous venir chevalier
Si tels vos dire courage avez
Opposeront í  votre épée
Fourches bí¢tons pierres et pavés

Vers le donjon Sire Quentin fou de rage
Mena bataille telle foudre tombée
De part les morts et les cadavres
Chemin se frayait

Boum!
Schglink!
Paf!
Boum!
Ah ta gueule!
Schlak!
Houlala!

Vers le donjon Quentin de rage fou
S'écria " DIEU SOYE-JE DASMNí‰ !!! "
Découvrant que Dame Blondine
Une vache en fait était...
Une vache en fait était...
Une vache en fait était...

La la la la la la
La la la la la la
La la la la la la
La la la la la la la la

La la la la la la la la la
La la la la la la la la
La la la la la la la la
La la la la la la

Lyrics licensed by LyricFind